Le sucre

Le sucre

Dans cet article, je vais vous parler du sucre et plus particulièrement des glucides qui entrent en jeu dans le fonctionnement de l’organisme humain.

Le sucre, c’est quoi ?

Lorsque l’on parle de sucre, la première image qui nous vient est celle du sucre blanc. On l’extrait de la canne à sucre ou de la betterave sucrière (saccharose) assemblage de fructose et de glucose.

Les sucres appartiennent à la famille des glucides. Ils désignent les glucides ayant un pouvoir sucrant essentiellement le fructose, saccharose, glucose, maltose et lactose. Les amidons n’entrent pas dans la famille des sucres mais des glucides.

Ce sont des molécules qui permettent, notamment, d’apporter de l’énergie rapidement aux cellules de notre organisme.

Sucres Simples ? Sucres complexes ?

Ces glucides se séparent en deux grandes familles:

  • Les glucides simples (monosaccharides et disaccharides) responsables pour la plupart du goût sucré comme le glucose, le fructose ou encore le saccharose. Leur digestion est plus rapide.
  • Les glucides complexes sont un assemblage de molécules simples comme les amidons contenus, par exemple, dans les féculents (pain, riz, pâtes mais aussi pomme de terre, les légumineuses, …). Leur digestion est plus lente.
    Les autres glucides complexes les plus courants sont les polysaccharides de structure (Cellulose, Lignine, Pectine, Chitine) ou encore le glycogène dont on reparlera plus bas dans l’article.

Sucres raffinés ? Sucres complets ?

Le sucre raffiné, fait référence au mode de fabrication qui consiste à le purifier pour obtenir un sucre quasiment pur. Lors de cette transformation, on supprime les pigments ainsi que les vitamines et minéraux qui sont naturellement présents.

Les sucres complets sont quand à eux issus de jus de plantes que l’on fait sécher par évaporation. Ils sont très intéressants sur le plan nutritionnel car très riches en minéraux, vitamines et acides aminés.

D’où viennent les glucides ?

Les végétaux chlorophylliens les synthétisent grâce à la photosynthèse à base d’eau, de dioxyde de carbone et de lumière. La réaction produit des glucides et de l’oxygène.
Ce processus est aussi appelé fixation du carbone.

Sucre naturopathie

Quelle est la fonction principale des glucides chez les êtres vivants ? 

Sucre naturopathie

Les glucides fournissent 50% de l’énergie dont on à besoin quotidiennement (se stockent mal), lipides 30% de l’énergie (se stockent bien), protides 20% de l’énergie matière première (croissance).

La majeure partie des glucides consommés est utilisée directement par nos cellules, nos muscles et notre cerveau, l’autre partie est stockée dans le foie et dans les muscles sous la forme de glycogène pour former une réserve d’énergie

Le glycogène peut ainsi représenter à lui seul 10 % du poids du foie, et 1 % du poids des muscles. Suite à un effort important, ce glycogène se transforme à nouveau en glucose puis passe dans le sang et alimente l’organisme.

De la même manière chez les plantes, les glucides sont transformés en amidon pour être stockés et redistribués par la suite.

Dans quels aliments trouvent-on du sucre ?

Les glucides simples sont présents dans les fruits, les légumes, le miel, le lait, le sucre de table,  les aliments industriels.

Les glucides complexes, quant à eux, se retrouvent dans:

  • les céréales (riz, blé, sarrasin, maïs, pâtes, gâteaux et préparations industrielles)
  • les légumineuses (pomme de terre, haricots, pois chiches, petis pois, fèves, lentilles)

Les autres sources d’énergie

Comme je l’ai dis précédemment, il existe deux autres sources d’énergie qui peuvent être utilisées par le corps. En effet, le corps est capable de produire de l’énergie grâce aux graisses (acides gras) et aux muscles (acides aminés).

Lors d’un régime restrictif, comme le régime cétogène, low carb ou encore le jeûne (un article sur le jeûne ici), on stoppe volontairement la consommation de glucides. Le corps puise dans ses réserves jusqu’à consommation complète de celles-ci.

Il va alors entrer dans un processus d’autophagie et consommer ses graisses puis ses muscles en commençant par les tissus les plus altérés ! Il va aussi éliminer ses déchets, diminuer ses inflammations, renforcer son système immunitaire, …

Comment sont digérés les sucres ?

Les glucides ingérés sont digérés par des enzymes contenus dans le tube digestif (bouche (salive), estomac, intestins) pour être transformés, pour la plupart, en glucose qui passe ensuite dans le sang. Le rôle des enzymes est de découper les grosses molécules pour en faire des plus petites.

Les produits finaux issus de la digestion des sucres et des amidons sont les monosaccharides (glucose, fructose et galactose)

J’attire votre attention à ce niveau sur les compatibilités alimentaires et notamment à l’association féculents / viandes qui s’oppose à l’action des enzymes digestifs. En effet, ils provoquent des remontées gastriques et ballonnements et beaucoup de troubles consécutifs à leur digestion incomplète.

Comment sont-ils assimilés par l’organisme ?

Le glucose, le fructose et le galactose sont absorbés à travers la membrane de l’intestin grêle. Ils sont ensuite acheminés vers le foie en passant dans la veine porte.
Ces glucides simples seront libérés dans la grande circulation et régulés grâce à des équilibres hormonaux pour approvisionner les cellules qui en ont besoin.

Le foie et le pancréas régulent la glycémie (taux de glucose dans le sang) et permettent le stockage et le déstockage des glucides.

Lorsque l’on prends un repas, la glycémie augmente, le pancréas libère de l’insuline qui favorise le stockage et l’utilisation des sucres. Les glucides sont stockés sous forme de glycogène dans le foie et les muscles.

A l’inverse, lorsque nous jeûnons, le pancréas sécrète du glucagon qui favorise la libération du glucose contenu dans les réserves.

Sucre naturopathie

Le corps maintient un taux de glycémie proche de 1 gramme par litre de sang grâce à ce processus (d’autres hormones entre en jeu comme le cortisol ou l’adrénaline).

Lorsque les différents organes ne sont pas capables de tamponner une hausse glycémique trop importante, les sucres sont stockées dans les graisses ou éliminés par les reins.

Notre consommation de sucre, les chiffres !

La moyenne française est aujourd’hui d’environ 100 gr / jour / personne
(France Agrimer)

Cela représente 35 kilos / an / personne.

C’est 45% en plus qu’il y a 30 ans, ou encore, 10 fois plus qu’il y a un siècle.

Quels sont les troubles liés au sucre ?

Selon moi, le caractère DÉMINÉRALISANT est la problématique principale du sucre.
En effet, le sucre raffiné est privé des minéraux essentiels à son assimilation.
Il irrite les parois digestives et provoque de l’acidité (acide oxalique notamment) et de l’inflammation.
Le corps, pour compenser cet absence de minéraux va puiser dans les tissus de l’organisme, générant des carences (caries dentaires, ostéoporose, …).

Malheureusement, ce n’est pas tout. Lors de ce processus de neutralisation de l’acidité, des « cristaux » vont être créés qui pourront venir se loger dans les tissus. C’est là qu’apparaissent les troubles inflammatoires au niveau des tendons et articulations (arthrite, tendinite, …).

Le sucre engendre aussi des MALADIES CARDIOVASCULAIRES comme l’artériosclérose qui est une porosité des vaisseaux sanguins provoquant une diffusion d’éléments étrangers vers les cellules.

La consommation excessive de sucre peut entrainer une résistance progressive à l’insuline, c’est ce qu’on appelle le DIABÈTE. Le corps n’arrive plus à réguler la glycémie. 463 millions de personnes sont touchées dans le monde, 4,6 millions de décès /an.

La surconsommation de sucre de mauvaise qualité joue aussi un rôle dans les DÉSÉQUILIBRES MÉTABOLIQUES (Obésité / maigreur).

Je n’ai pas encore parlé des effets d’ACCOUTUMANCE. Le sucre provoque la sécrétion d’hormones liées au bien-être comme la dopamine. Sa consommation excessive est liée, en décodage biologique, au sentiment d’amour vide, au manque de chaleur humaine, au manque de douceur. On comprends mieux d’où vient la véritable addiction que certaines personnes ressentent pour le sucre.

Les « bons » et les « mauvais » sucres ?

Vous allez me dire: On s’y perd ! Quel sucre peut-on manger alors ?

La règle est très simple: Consommer les sucres contenus dans les aliments BRUTS ! ou encore comme le dit Désiré Mérien dans son ouvrage « Les sources de l’alimentation humaine »:

Plus le sucre est raffiné, plus il est nocif !

Je vous passe le discours sur l’aspartame et certains édulcorants, qui sont souvent neurotoxiques et cancérigènes.

Pour ce qui est des sucres blancs et roux, nous avons déjà dressé un rapide bilan et montré leurs caractères déminéralisant, acidifiant et inflammatoire.

Les céréales, malheureusement, sont elles aussi raffinées le plus souvent. On leur enlève les parties qui permettent de les digérer plus facilement. Il est préférable de les consommer complètes.

La problématique avec les légumineuses réside dans le fait qu’elles sont riches en protéines et en glucides et donc difficiles à digérer. On peut les faire tremper avant leur cuisson pour les rendre plus digestes ou encore les faire lactofermenter (un article sur la lactofermentation ici). Il est aussi possible de les consommer germées !

Les fruits et les légumes sont les aliments qui contiennent les sucres les plus digestes pour l’organisme.

Ce qu’il faut retenir sur le sucre!

  • Consommer un maximum d’aliments bruts et limiter les produits raffinés !
  • Ne pas associer les Féculents et Protéines et limiter les desserts !
  • Suivre son rythme physiologique, pas de sucre le matin et le soir !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :